Le Ronchon en Russie

Mon intérêt pour le monde slave ne pouvait pas se contenter éternellement de la Pologne! Mon «Drang nach Osten» personnel m'a ainsi progressivement poussé à m'intéresser à la Russie, où j'ai finalement mis les pieds pour la première fois en septembre 2015. Un ami m'avait dit au printemps: «Je voudrais bien visiter la Crimée, puisque tous les médias en parlent!» Après avoir soigneusement étudié les conditions dans lesquelles pouvait se faire un tel voyage (les cartes de crédit et cartes téléphoniques occidentales ne fonctionnent pas sur ce territoire soumis aux sanctions occidentales), nous avons réservé les vols et les hôtels (sans problème sur internet), puis demandé les visas. Nous avons volé d'abord jusqu'à Moscou où nous sommes restés un jour et demi – juste assez pour être déjà fasciné – avant de reprendre l'avion pour Simferopol. Nous avons passé quatre nuits à Sébastopol, puis trois à Feodosiya, et enfin une dernière à Simferopol avant le vol de retour, via Moscou en transit. Ce séjour en Crimée nous a permis de visiter le site archéologique de Chersonèse, l'ancienne base secrète de sous-marins de Balaclava, Yalta et le Palais de Livadia où se sont rencontrés Staline, Churchill et Roosevelt en 1945, mais aussi les restes de l'ancienne forteresse génoise de Sudak, ainsi que le détroit de Kertch, tout à l'Est de la péninsule.

Mon second voyage en Russie est survenu peu de temps après, en avril 2016. Avec deux amies aussi désireuses que moi de découvrir ce pays, j'ai passé une semaine à Moscou, puis une semaine à Saint-Pétersbourg, le trajet entre les deux villes ayant été effectué en train à grande vitesse «Sapsan». Ces deux villes sont splendides. Nous avons visité le métro de Moscou, le Kremlin avec un guide, le Palais de l'Hermitage à Saint-Pétersbourg (aussi avec une guide) et beaucoup d'autres lieux et monuments splendides.

La suite? Peut-être le Transsibérien...