Tous mes articles

Sans complaisance

Essayez de lancer une recherche sur internet avec les mots «sans complaisance». Le moteur de recherche Alltheweb vous indique 279'000 occurrences. Google vous en annonce 383'000. Les algorithmes de comptage qui sortent fièrement de tels chiffres sont peut-être marseillais, la vérité est peut-être légèrement en dessous, admettons. On découvre tout de même que l'expression en question revient sur quelques milliers de pages où des gens l'utilisent pour parler d'eux-mêmes, surtout s'ils sont médiums, marabouts, écrivains, journalistes, éditeurs de magazines de luxe ou de journaux protestants. Tout le petit monde politique, bien entendu, est aussi présent pour affirmer son absence totale de complaisance.

Dans l'étroit vocabulaire des médias modernes, «sans complaisance» se dit, entre autres, des rapports abscons et ennuyeux où l'on ne voit guère avec quoi ou avec qui l'on pourrait se montrer complaisant. La presse, la radio, la télévision peuvent être eux-mêmes «sans complaisance» lorsqu'ils mènent une campagne de dénigrement systématique et partiale contre une personnalité qu'ils détestent. On comprend bien que la complaisance est un vilain défaut, sans pourtant parvenir à se convaincre que son absence soit une vertu prodigieuse: mérite-t-on une médaille parce qu'on ne manifeste aucune complaisance envers ses «bêtes noires»?

Il semble en revanche plus difficile de n'en point avoir vis-à-vis des gens ou des choses que l'on aime. Ceux qui exaltent la non-complaisance sont bien souvent ceux-là mêmes qui se montrent les plus complaisants: quoi de plus servilement flatteur que de dire de quelqu'un qu'il est «sans complaisance»? Le journaliste dit cela du candidat ou de l'auteur qu'il veut encourager, ce dernier lui retournera tôt ou tard le compliment; la pommade se passe non sans complaisance…

Un indice simple permet de trier le vrai du faux: lorsqu'une personne ne manifeste réellement aucune complaisance, on préfère dire d'elle qu'elle a un sale caractère.

(Le Coin du Ronchon, La Nation du 14 septembre 2007)